Prendre soin de son dos en dentisterie

Posted Aug 4th, 2020 in Actualités, leadership éclairé, 2020

Par : Jaime Robertson, vérificatrice de cliniques et hygiéniste dentaire autorisée


Que vous soyez dentiste, hygiéniste dentaire ou assistante dentaire, vous exercez une profession fabuleuse! Les professionnels dentaires gagnent leur vie à prendre soin des gens, notre industrie est relativement à l’abri des récessions et le domaine dentaire jouit d’un prestige bien mérité. Bien que la pratique clinique puisse être très gratifiante, elle peut aussi avoir de lourdes conséquences sur notre corps avec le potentiel d'affecter négativement notre vie professionnelle et personnelle. C’est certainement ce qui m’est arrivé.

J’ai obtenu mon diplôme en hygiène dentaire du collège St. Clair et j’ai commencé une carrière clinique qui a duré 20 ans. Après les 10 premières années, j’ai commencé à avoir des douleurs chroniques au dos, aux épaules et au cou. Je travaillais à temps plein, mais à cause de la douleur chronique, j’ai dû réduire mes heures de travail au point où je ne travaillais que deux jours par semaine. Malgré la petite fortune que j’ai dépensée en physiothérapie, en soins chiropratiques et en massothérapie, je n’ai pas pu me débarrasser de la douleur chronique. Puis les choses ont empiré.

Mon premier jour dans une nouvelle clinique, je n’arrivais pas à trouver une position confortable. L’ergonomie dans le petit cabinet dentaire était épouvantable et la position du fauteuil était différente de celle à laquelle je m’étais habituée. Cette nuit-là, je me suis réveillée à 3 h avec de fortes douleurs musculaires. Après une visite à l’urgence, j’ai passé trois mois au lit, à prendre divers analgésiques. Quand j’ai réalisé que je ne pourrais pas retourner à la pratique clinique, j’étais complètement dévastée sur le plan émotif. J’étais dans la quarantaine, et être hygiéniste dentaire était la seule carrière que j’avais jamais eue – cela faisait partie de mon identité.

Après une période difficile, j’ai pu acquérir de nouvelles compétences, me recycler et me remettre sur pied. Cependant, en y repensant, il y a des choses que j’aurais pu gérer différemment et qui m’auraient peut-être permis de poursuivre ma pratique clinique. Comme il m’est impossible de remonter le temps pour me donner ces conseils à moi-même lorsque j’étais jeune, je vous les offre, en espérant que vous pourrez éviter des problèmes musculosquelettiques à long terme.

6 conseils pour prévenir les blessures à long terme :

1.    Assurez-vous que la chaise ou le tabouret permet un bon positionnement du corps

2.    Utilisez des loupes au besoin pour éviter de vous pencher vers l’avant

3.    Prenez des pauses fréquentes pour vous lever, changer de position et vous étirer

4.    Établissez un programme de mouvements, d’étirements ou d’exercices et exécutez-le entre les patients, ne serait-ce que pendant 60 à 90 secondes

5.    Faites régulièrement de l’exercice à l’extérieur du bureau pour garder vos muscles forts, longs et en santé

6.    Écoutez votre corps! N’ignorez pas les maux et les douleurs.

Send to EN

Back to Top