Prévention et gestion des cas d’ingestion ou d’aspiration accidentelles dans une clinique dentaire

Posted Jun 12th, 2020 in Actualités, leadership éclairé, 2020

Jill Bashutski, DMD, M. Sc., (F)CRCDC; Michelle Budd, DMD et consultante en sécurité des patients chez dentalcorp; Julian Perez, vice-président de la gestion du risque et de la conformité chez dentalcorp


Dans le domaine des soins bucco-dentaires, l’ingestion et l’aspiration d’objets étrangers constituent des événements iatrogènes importants. Ces incidents sont inattendus (en raison de leur nature) et une gestion efficace est essentielle pour minimiser les éventuelles conséquences négatives. Bien que ces événements soient relativement rares, la documentation en dentisterie est remplie de rapports d’ingestion ou d’aspiration de fraises dentaires, de limes endodontiques, de fragments d’amalgame, de couronnes, de dents extraites, de broches, de tenons, de crampons à digue en caoutchouc et de matériaux d’empreinte, pour n’en nommer que quelques-uns. Les cliniciens qui pratiquent assez longtemps sont susceptibles de faire face à ce genre d’incident à un moment donné de leur carrière; il est donc essentiel qu’ils sachent quelles stratégies utiliser pour gérer de telles situations.

Lorsque possible, il est important de prendre des mesures de précaution pour prévenir de tels incidents. L’utilisation de digues en caoutchouc est l’une des formes de prévention les plus efficaces. Il s’agit également de la norme en matière de soins dans le cas d’un traitement endodontique; le défaut d’en installer une est considéré comme une faute non justifiable. D’autres méthodes couramment employées pour réduire les risques comprennent l’utilisation d’écrans de gaze et la ligature au moyen de fil dentaire, ainsi que la modification de la position du fauteuil.

Dans tous les cas, mieux vaut prévenir que guérir, mais  il est tout de même important de se préparer à faire face à un tel incident. Dans la majorité des cas, les objets ingérés traversent le tractus gastro-intestinal en quelques jours et sans répercussion. Toutefois, dans pas moins de 20 % des cas, une intervention peut être nécessaire. L’aspiration est un incident majeur en ce qui concerne la sécurité du patient. Heureusement, en raison des mesures de protection de l’organisme, comme le réflexe de déglutition, il est aussi moins fréquent.

Bien que la plupart des corps étrangers avalés par accident sont généralement évacués sans conséquence, de tels cas devraient quand même être traités en tant qu’urgence médicale. Il n’existe aucune manière de déterminer avec certitude si le patient a ingéré ou aspiré l’objet en contexte de clinique dentaire. Par conséquent, des soins médicaux rapides et efficaces sont nécessaires même lorsque le patient ne présente aucun signe de détresse respiratoire et semble asymptomatique après avoir avalé un corps étranger.

  1. L’équipe clinique doit rester calme, interrompre le traitement et informer le patient du problème immédiatement. Si le patient est en détresse respiratoire, encouragez-le à tousser et suivez les protocoles en matière de soins de base en cas d’urgence. Vous devrez notamment appeler au 911 au besoin;
  2. Le patient (accompagné, de préférence, par un membre du personnel) doit se rendre à l’hôpital dans les plus brefs délais pour subir des examens, comme une radiographie pulmonaire ou abdominale afin que l’on détermine l’emplacement du corps étranger;
  3. Le clinicien responsable doit faire un suivi auprès du patient jusqu’à ce que l’objet ait été évacué ou que le problème médical soit résolu d’une autre façon. Si le patient est admis à l’hôpital, celui-ci pourrait être reconnaissant de recevoir un appel ou une visite à l’hôpital de la part d’un membre de la clinique;
  4. L’événement, y compris toute orientation ou recommandation effectuée, doit être documenté dans les dossiers du patient. Il faut également déposer un rapport d’incident auprès de l’ordre professionnel provincial ou de l’organisme directeur du dentiste.
  5. Le clinicien responsable doit suivre les recommandations de son organisme directeur et communiquer avec son gestionnaire des risques ou la personne chargée des questions relatives aux fautes professionnelles;
  6. Si l’incident lié à la sécurité du patient met en cause le mauvais fonctionnement d’un produit, le fabricant et le fournisseur doivent être rapidement avisés au cas où un rappel serait nécessaire.

Send to EN

Back to Top