Le peroxyde d’urée à 10 % : une passerelle vers la santé bucco-dentaire et la santé en général

Posted May 29th, 2019 in Actualités

Par Susan Woodley, HD, conseillère en pratique chez dentalcorp


Plusieurs hygiénistes dentaires – c’est d’ailleurs mon cas – affirment que l’adoption de cette profession provient de la volonté d’aider les clients à développer et à maintenir un beau sourire; un sourire en bonne santé. On admet généralement que les gels blanchissants jouent un rôle important dans le développement de ces beaux sourires. Une étude publiée en 2018 par EKWA – Trends in Teeth Whitening (Tendances en matière de blanchiment des dents) – arrive aux conclusions suivantes : on dépense 11 milliards de dollars par année en produits ou procédés de blanchiment des dents; 0,9 milliard de dollars sont dépensés chaque année dans le monde pour des bandes de blanchiment des dents; 89 % des orthodontistes ont reçu des demandes de blanchiment des dents; 99,7 % des personnes croient qu’un sourire attrayant représente un atout social important; plus de gens sont susceptibles d’obtenir un emploi (58 %) après avoir fait blanchir leurs dents. [1] Ces statistiques mettent en relief l’importance que nos clients accordent à un sourire plus blanc.

Parler du blanchiment

Malgré ces statistiques, les dentistes sont souvent inconfortables lorsqu’ils doivent faire porter la discussion vers le blanchiment. Ils peuvent avoir l’impression de se transformer en vendeurs. Sinon, lorsque nos barrières professionnelles entrent en jeu, ils peuvent penser que le patient n’a pas les moyens de se permettre un tel traitement ou croire que si le client n’en fait pas mention, c’est qu’il n’est pas intéressé. Mais quoi qu’il en soit, en tant que professionnels du domaine dentaire, nous sommes les mieux placés pour avoir ces conversations autour du blanchiment avec les clients. En fait, nous possédons les informations nécessaires, des informations qui sont fondées sur des données probantes. Nos clients recherchent notre expertise pour orienter leurs décisions en matière de santé bucco-dentaire; le blanchiment des dents ne devrait pas faire exception.

Proposer un formulaire d’évaluation du sourire à tous les nouveaux clients avant leur premier rendez-vous peut générer une excellente conversation. Vous disposez alors d’un outil pour en apprendre davantage sur les besoins de vos clients, ce qui peut également se traduire par une occasion de développer une relation importante. Lorsque les clients s’aperçoivent que nous nous soucions de ce qu’ils veulent et de leurs besoins, un lien de confiance s’installe. En outre, proposer un formulaire d’évaluation du sourire lors de rendez-vous récurrents peut se révéler précieux pour établir les attentes de clients que nous n’avions pas pu sonder auparavant. Ce formulaire indique également tous les changements – de besoins ou de souhaits – qui ont pu survenir depuis leur dernière visite.

Gérer les attentes
 
L’évaluation de la teinte de base qu’auront les dents devient l’étape subséquente pour un plan de traitement complet. Idéalement, vous devez amener le client à s’investir dans ce processus en lui demandant de définir d’abord la teinte qu’il souhaite obtenir; vous comprendrez mieux comment faire vos recommandations professionnelles et proposer à votre client des résultats qui sont réalistes. Gérer les attentes des clients est un élément essentiel de la discussion. Les dents de tous les patients ne blanchissent pas toutes au même rythme. Dans certains cas, les dents d’une même bouche ne présentent pas toute la même progression de blanchiment. Individuellement, certaines dents peuvent nécessiter plus de temps pour arriver au résultat souhaité. L’utilisation de gouttières (bandes) personnalisées de qualité professionnelle permet d’adapter ces besoins lorsqu’une telle situation se présente. Le client peut simplement ajouter du gel de blanchiment dans certains espaces pour blanchir les dents dont la transformation est plus longue.

Traitement d’appoint et blanchiment

Certains professionnels dentaires peuvent être surpris d’apprendre que la recherche démontre la valeur des gels de blanchiment dans les traitements d’appoint pour la gestion des risques de caries et des traitements des tissus mous.

L’utilisation intra-buccale du peroxyde d’hydrogène (PH) a été signalée pour la première fois en 1913 afin de réduire la formation de plaque[2] et a longtemps été le traitement recommandé pour soigner la gingivite ulcéreuse nécrosante aiguë[3] et la péricoronarite[4]. C’est sa valeur thérapeutique qui a d’abord été mise en relief, mais un effet secondaire bénéfique a par la suite été mis en relief : le blanchiment des dents. Au fil du temps, c’est ce blanchiment qui est devenu sa qualité principale puisqu’il suscitait davantage d’attention de nos clients.

Le peroxyde d’urée (PU) à 10 % est la formulation de PU qui a fait l’objet des études les plus poussées; il est largement préféré au PH pour les utilisations thérapeutiques. Ce produit contient 6,5 % d’urée et 3,5 % de peroxyde; ce PU à 10 % peut demeurer actif dans la bouche jusqu’à 10 heures, alors que le peroxyde d’hydrogène ne reste actif que pendant une période de 30 à 60 minutes.[5] Il élimine en outre la plaque, tue les bactéries et élève le pH de la bouche, ce qui réduit les risques de caries et lui permet d’agir comme un agent de cicatrisation des tissus.

 
Une attention particulière doit toutefois être donnée à la présence de caries en activité avant d’utiliser les gels de blanchiment. Le traitement au PU est recommandé pour la prévention des lésions carieuses et des lésions de taches blanches, ainsi que pour l’amélioration de la santé gingivale. Parmi les clients qui peuvent bénéficier de ce traitement d’appoint, on retrouve les personnes ayant des besoins particuliers lorsque les soins de santé bucco-dentaires peuvent présenter un défi de dextérité manuelle, les aînés, les clients atteints de xérostomie, ceux qui subissent un traitement orthodontique, ainsi que les clients qui éprouvent de la difficulté à maintenir un niveau d’hygiène buccale qui est acceptable. 


Pour contrôler les caries et les tissus mous, une méthode privilégiée consiste à utiliser des gouttières personnalisées qui ne sont pas dentelées et ne contiennent pas de réservoirs. Ces bandes doivent recouvrir le tissu gingival sur 1 à 2 mm. La bande ne doit pas s’étendre jusqu’aux points d’insertion ni empiéter sur les jonctions du frein.[6]  

Mon expérience assez vaste de l’orthodontie m’a permis d’apprivoiser les défis d’efficacité et les conséquences qui peuvent être générées lorsqu’on entreprend ce type de traitement à domicile. Des lésions de taches blanches et de multiples lésions carieuses apparaissent trop souvent à la fin du traitement. En fournissant une solution thérapeutique adaptée aux tissus durs comme aux tissus mous, nous offrons une option pratique pour traiter les problèmes d’hygiène buccale pendant un traitement orthodontique. Les aligneurs transparents Invisalign peuvent en outre être utilisés dans le cadre des soins thérapeutiques donnés aux tissus durs et mous, ainsi que pour le blanchiment des dents.

Dans le cadre de l’orthodontie traditionnelle, l’utilisation d’aligneurs en thermoplastique fonctionne bien. Avec cette technique, une seule gouttière (coquille) souple et transparente est chauffée, ramollie dans de l’eau chaude qui a été initialement portée à ébullition, puis appliquée sur l’arc et directement profilée sur les dents par pression des doigts. Puis, le patient mord et bloque ses dents dans la gouttière ramollie (l’aligneur), puis il applique une aspiration pour ajuster le plateau aux dents. Lorsque la gouttière a refroidi, la poignée est alors retirée et la gouttière est découpée pour mieux s’adapter.[8]

Un produit de peroxyde d’urée (PU) qui peut remplir toutes les fonctions requises est constitué d’un mélange qui contient 10 % de PU, du phosphate de calcium amorphe et du nitrate de potassium (5 % de KN03) pour contrôler la sensibilité. Il protège les tissus durs, aide à cicatriser les tissus mous tout en contrôlant la sensibilité, donne du lustre aux dents et procure un avantage supplémentaire : un sourire plus blanc.

Comme je l’ai précédemment mentionné, l’aspect polyvalent du peroxyde d’hydrogène s’étend à la cicatrisation des tissus mous. Son action antimicrobienne connue se fait par le relâchement de l’oxygène et des effets pathogènes observés chez les bactéries à Gram positif ou négatif.[10] Autre mécanisme d’action antimicrobienne : l’effet du peroxyde d’hydrogène sur le débridement des parois cellulaires bactériennes. La présence d’oxygène rend la survie des bactéries anaérobies difficile (voire impossible). Des études portant sur le blanchiment à long terme comportant des visites récurrentes ont démontré que l’application de PU pouvait se poursuivre indéfiniment pour supprimer la formation de plaque et contrôler la carie chez les patients qui avaient des difficultés à maintenir une hygiène buccale d’un niveau acceptable.[11]


Une solution fondée sur des données probantes

En comprenant que la recherche soutient l’utilisation de gels de blanchiment professionnels dans les traitements d’appoint pour la gestion des risques de caries et des traitements des tissus mous, nous pouvons passer outre les fausses croyances qui donnent à penser qu’une bouche saine est nécessaire avant que les dents puissent être blanchies. En adoptant cette approche, plusieurs de nos clients ne pourraient jamais devenir des candidats à un blanchiment professionnel, et ils pourraient privilégier certaines méthodes du commerce ou d’autres solutions en ligne qui ne sont pas soutenues par la recherche et qui n’offrent aucune forme de garantie de sécurité ou d’efficacité.

Comme nous l’avons vu, les gels de blanchiment possèdent un énorme potentiel pour l’amélioration de la santé bucco-dentaire, tout en offrant en prime des dents plus blanches. En recommandant des produits fondés sur des données probantes comme le peroxyde d’urée à 10 %, l’avantage est double : vous répondez aux souhaits et aux besoins de blancheur de vos clients et vous vous conformez à vos obligations professionnelles. Qui sait, votre prochaine conversation portant sur le blanchiment sera peut-être un peu plus facile!
 
références

[1] https://www.oralhealthgroup.com/blogs/trends-teeth-whitening/
[2]Gold SI. Early origins of hydrogen peroxide used in oral hygiene (Origines de l’utilisation du peroxyde d’hydrogène pour l’hygiène buccale). J Periodontal. 1983;54:247. [PubMed]
[3] Farrell GW, McNichols WA. Efficacy of various medicaments in the treatment of Vincent’s Stomatitis (Efficacité de différents traitements pour l’angine de Vincent). JAMA. 1937;108:630–3.
[4] Mandel ID. Antimicrobial mouth rinses (Rince-bouche antimicrobiens). J Am Dent Assoc. 1994;125:25–105. [PubMed]
[5] Haywood (2007); https://www.dentaleconomics.com/articles/print/volume-100/issue-1/features/bleaching-and-caries-control-in-the-elderly.html
[6] (Haywood 2006, 2007); https://www.dentaleconomics.com/articles/print/volume-100/issue-1/features/bleaching-and-caries-control-in-the-elderly.html
[7] https://jada.ada.org/article/S0002-8177(14)64739-5/pdf
[8] http://www.vanhaywood.com/uploads/articlespage/2010%20Orthodontic%20Caries%20Control%20and%20Bleaching.pdf
[9] www.vanhaywood.com/uploads/articlespage/2010%20Orthodontic%20Caries%20Control%20and%20Bleaching.pdf
[10] Marshall MV, Cancoro LP, Fischman SL. Hydrogen Peroxide. A Review of its uses in dentistry (Peroxyde d’hydrogène. Examen de ses utilisations en dentisterie). J. Periodontol. 1995; 66:786-96.
[11] https://jada.ada.org/article/S0002-8177(14)64739-5/fulltext


A propos de l'auteur

Susan Woodley est un hygiéniste dentaire agréé et consultante en pratique chez dentalcorp. Tout au long de sa carrière en hygiène dentaire, Susan a travaillé à travers des pratiques générales, orthodontiques et pédiatriques. Dans son ancien rôle de gestionnaire de l’éducation professionnelle pour Philips Oral Healthcare Amérique du Nord, elle a offert des cours de formation aux professionnels dentaires ainsi que des programmes éducatifs aux étudiants en soins dentaires, en hygiène dentaire et en aide dentaire dans l’Ouest canadien. Susan est un auteur publié et ancien professeur à temps partiel des programmes d’hygiène dentaire et d’assistance dentaire.  Elle et son mari habitent maintenant à Kelowna, en Colombie-Britannique.

Send to EN
 


« retour à la page des actualités


Back to Top