Skip to content

Ressources COVID-19

Lignes directrices de dentalcorp au sujet de la fourniture de soins dentaires d’urgence sécuritaires pendant la pandémie de COVID-19

dentalcorp fournit les renseignements suivants dont les membres doivent se servir comme ressource, en plus d’user de leur bon jugement clinique dans la prise de décisions concernant la prestation de soins dentaires d’urgence.


Nous tenons à souligner encore une fois qu’il convient de fournir les soins requis lorsqu’un cas peut imposer un lourd fardeau à nos ressources de soins de santé et gravement compromettre la santé du patient s’il n’est pas traité. L’un des principaux objectifs de la prestation des « soins d’urgence seulement » est d’éviter que les patients ayant des urgences dentaires ne deviennent une charge pour les ressources déjà limitées des hôpitaux à un moment où l’on s’attend à une pénurie de médecins et de lits. En même temps, il faut évaluer le besoin du patient en matière de soins d’urgence par rapport au risque d’exposition chez les patients, le personnel et les dentistes.

Encore une fois, un bon jugement clinique durant cette période permettra aux dentistes et à leurs équipes de soigner des patients et d’alléger le fardeau que les urgences dentaires imposeraient aux services d’urgence dans les hôpitaux.

Dans ce contexte, la continuité des soins signifie que les patients existants puissent avoir accès à leur fournisseur de soins primaires pour recevoir des conseils relatifs aux soins d’urgence. Les prestataires de soins primaires sont les mieux placés pour déterminer si et comment les antécédents médicaux ou dentaires d’un patient peuvent orienter le traitement d’urgence à fournir, le cas échéant. Même lorsque le dentiste traitant ayant attribué les soins primaires n’est pas en mesure de voir le patient pour le moment, il demeure un lien important dans le processus de dépistage et d’orientation.

back to the resources page

Lignes directrices

Les lignes directrices suivantes ont été proposées dans l’intérêt de la santé et de la sécurité des patients et des fournisseurs de soins.

  • 1. Évaluation du personnel des bureaux ou des cliniques :

    Les gestionnaires des cliniques et les membres de l’équipe des RH doivent cerner les employés à risque élevé de développer des complications s’ils contractaient la COVID-19 (p. ex., en raison du diabète, de maladies cardiaques, de maladies pulmonaires, d’un système immunitaire affaibli, de l’âge, etc.) puis, procéder à une évaluation des risques afin de déterminer pour chaque employé s’il devrait continuer de se présenter à la clinique pendant la période de pandémie.

    Tout membre du personnel qui n’est pas en mesure de porter un EPI approprié, pour quelque raison que ce soit, ne doit pas se présenter au travail.

    Chaque membre du personnel du bureau ou de la clinique est tenu d’effectuer quotidiennement une auto-évaluation de sa santé avant de se présenter au travail. Il doit répondre « Non » à toutes les questions suivantes

    • Fièvre
    • Toux
    • Mal de gorge
    • Essoufflement
    • Symptômes pseudogrippaux
    • Contact personnel étroit (sans EPI) avec un cas suspecté ou confirmé en laboratoire de COVID-19 au cours des deux dernières semaines
    • Voyage dans une région touchée au cours des 14 derniers jours
    • Voyage par avion au cours des 14 derniers jours
  • 2. Patients symptomatiques -- Il s’agit des patients ayant répondu « OUI » à une ou plusieurs des questions de dépistage préalable ci-dessus.

    Les patients symptomatiques nécessitant des soins d’urgence ou souffrant de douleurs doivent être traités dans des établissements disposant des EPI appropriés (un masque N95, du matériel de protection des yeux, un écran facial, une jaquette d’hôpital de protection, des gants).

    Si votre clinique dentaire n’a PAS mis en place de mesures de sécurité pour prendre en charge les cas d’urgence sur place, vous avez quand même la responsabilité de trier les cas d’urgence par téléphone, avant de les orienter vers une clinique dentaire ou spécialisée ou un hôpital à proximité qui a la capacité de fournir les soins adéquats.

    Visitez le site web de votre organisme de réglementation pour obtenir une liste des cliniques admissibles.

  • 3. Patients asymptomatiques et en bonne santé -- Il s’agit des patients ayant répondu « NON » à toutes les questions de dépistage préalable ci-dessus.

    Les patients asymptomatiques et en bonne santé qui demandent un traitement en raison d’une urgence ou de douleurs doivent faire l’objet d’un dépistage préalable par téléphone afin de protéger le personnel dentaire et les patients contre une éventuelle transmission du virus.

    Si, après un dépistage téléphonique approprié, il est établi que le patient ne présente aucun symptôme et qu’il a besoin d’un traitement dentaire d’urgence (voir les définitions et les exemples ci-dessous), vous devez alors suivre les lignes directrices ci-dessous pour fournir le traitement nécessaire.

  • 4. Comment déterminer s’il s’agit d’un cas « urgent » ou « non urgent »

    Les éléments suivants devraient être utiles pour déterminer les cas considérés comme « urgents » par rapport aux cas « non urgents ».

    Ces directives peuvent changer en fonction de l’évolution de la pandémie de COVID-19, et les dentistes doivent utiliser leur jugement professionnel pour déterminer les besoins d’un patient en matière de soins d’urgence.

    1. Procédures dentaires urgentes

    Les urgences dentaires peuvent mettre la vie en danger et nécessitent un traitement immédiat afin d’arrêter les hémorragies des tissus, soulager les douleurs ou traiter les infections graves. Ces cas d’urgence peuvent comprendre:

    • Un saignement non maîtrisé
    • Une cellulite ou une infection bactérienne diffuse des tissus mous avec enflure intrabuccale ou extrabuccale qui peut compromettre les voies respiratoires du patient
    • Un traumatisme touchant les os du visage, qui pourrait compromettre les voies respiratoires du patient
    • Un traumatisme dentaire avec avulsion/luxation 
    • Une ostéite chirurgicale post-opératoire, un changement de pansements intra-alvéolaires
    • Une fracture de la dent, de la couronne ou du pont entraînant une douleur intense ou un traumatisme important des tissus mous
    •  L’enlèvement des points de suture
    • Le remplacement de l’obturation temporaire d’une cavité d’accès endodontique chez les patients ayant des problèmes importants
    • Le cisaillement ou l’ajustement d’un fil dentaire ou d’appareils cassés perçant ou ulcérant la muqueuse buccale
    • L’ajustement ou la réparation des prothèses dentaires lorsque nécessaire pour que les patients puissent s’alimenter adéquatement (p. ex., les patients en chimiothérapie et en oncologie)
    • Un abcès ou une infection bactérienne localisée entraînant une douleur et une enflure localisées*
    • Des douleurs dentaires graves dues à une inflammation pulpaire*
    • Une péricoronarite ou une douleur de la troisième molaire*
    • La gestion des prothèses dentaires chez les patients en radiothérapie/oncologie*

    *La plupart de ces cas peuvent être gérés par téléphone avec les conseils du dentiste (p. ex., retirer les prothèses dentaires qui provoquent des irritations) ou par pharmacothérapie pour la gestion des infections et des douleurs.

    2. Procédures dentaires non urgentes

    Actuellement, ces procédures ne doivent PAS être effectuées et comprennent, sans s’y limiter, les éléments suivants:

    • Les examens oraux initiaux ou périodiques et les visites de rappel, notamment les radiographies de routine
    • Le nettoyage dentaire de routine et les traitements préventifs
    • Les consultations sur place
    • Les procédures orthodontiques autres que celles visant à traiter des problèmes aigus (p. ex., douleur, infection, traumatisme)
    • L’extraction de dents asymptomatiques
    • La dentisterie restauratrice, notamment le traitement des lésions carieuses asymptomatiques
    • Les procédures dentaires esthétiques ou cosmétiques
    • Le scellement final d’une couronne ou d’un pont
    • L’ajustement ou la remise de prothèses dentaires
    • La livraison d’appareils (plaques occlusales, appareils de traitement des ATM, aligneurs orthodontiques)*

     * En contexte de pandémie, la livraison de certains appareils (p. ex., une plaque occlusale ou un aligneur transparent) par la poste accompagnée de directives offertes par un dentiste par téléconférence peut constituer une option appropriée dans certains cas urgents.

    3. Les dispositifs susceptibles de générer des aérosols ou des éclaboussures comprennent, sans s’y limiter les suivants:

    • Pièces à main à grande vitesse
    • Pièces à main à faible vitesse
    • Détartreurs à ultrasons
    • Aéropolisseur
    • Seringues à air et à eau
    • Unités d’électrochirurgie
    • Lasers
    • Appareils de succion à haute intensité
    • Appareils de succion à faible intensité

    4. Conseils au sujet des salles d’attente

    Appliquer les pratiques d’éloignement social et réduire au minimum le nombre de personnes présentes dans la salle d’attente:

    • Faire attendre les patients dans leur voiture au lieu de les faire attendre dans la salle d’attente et appeler les patients ou leur envoyer des messages textes lorsque l’équipe et la clinique sont prêtes
    • Exiger des patients qu’ils se lavent les mains ou qu’ils utilisent du désinfectant pour les mains à base d’alcool lors de leur première entrée dans la clinique
    • Envisager d’espacer suffisamment les heures de rendez-vous afin de réduire l’exposition dans les salles d’attente
    • Ne laisser entrer dans la clinique que les patients (et leurs tuteurs ou accompagnateurs essentiels). Tous les autres doivent attendre dans leur véhicule ou à l’extérieur de la clinique
    • Retirer les magazines et les jouets de la zone d’attente pour éviter la contamination puis nettoyer et désinfecter régulièrement les zones à contacts fréquents et les objets manipulés par les patients, comme les stylos, etc. 

    5. Éléments à considérer lors de la fourniture d’un traitement après un dépistage approprié

    • Utiliser une solution de peroxyde d’hydrogène à 1 % (5 cc) pour rincer la cavité buccale pendant 30 secondes avant l’examen
    • Éviter les procédures génératrices d’aérosols dans la mesure du possible

    6. Procédures de suivi

    Communication avec les patients

    • Communiquer avec les patients 24 heures après la fourniture des soins d’urgence
    • Confirmer que l’urgence a été résolue ET que les patients ne présentent aucun signe d’infection par la Covid-19
    • Les patients des services d’urgence peuvent être déclarés positifs au virus quelques jours après leur passage chez le dentiste, c’est pourquoi vous devez communiquer avec eux périodiquement au cours des 14 jours suivant leur passage à la clinique


    L’UNE DES PLUS GRANDES PRÉOCCUPATIONS POUR VOUS ET POUR LES AUTRES PERSONNES PRÉSENTES DANS LA CLINIQUE EST LA PRODUCTION D’AÉROSOLS.*

    N’oubliez pas que l’objectif est de traiter uniquement les cas d’urgence. En limitant la durée des interventions, vous limitez l’exposition et les risques d’infection. Les dentistes sont tenus de recourir à la pharmacothérapie pour prendre en charge l’infection et la douleur lorsque possible afin de minimiser le nombre de visites de patients dans la clinique dentaire. Les patients qui franchissent la porte devraient avoir une véritable urgence dentaire qui ne peut être gérée par une combinaison de consultation, d’antidouleurs en vente libre et de pharmacothérapie. 

Définition d’une urgence selon l’organisme de réglementation dans le cadre de la situation de la COVID-19 & PPE

  • Nouveau-Brunswick

    Guide de la SDNB pour aider à déterminer les vraies situations urgentes durant la pandémie COVID-19

    En médecine dentaire, une « situation d’urgence réelle » se caractérise par des traumatismes bucco-faciaux, des infections graves, des hémorragies prolongées ou des douleurs qui ne peuvent pas être gérés par des médicaments en vente libre.


    EPI


    Des aérosols sont-ils prévus? Non.


    Guide de la SDNB pour aider à déterminer les vraies situations urgentes durant la pandémie COVID-19

    Respecter les pratiques courantes et les précautions relatives aux contacts et aux gouttelettes (c’est-à-dire un masque opératoire ou chirurgical, des gants et du matériel de protection des yeux). Obtenir les antécédents du patient et procéder à un examen dentaire clinique d’urgence. Déterminer la nature de l’urgence et prodiguer des soins.


    Des aérosols sont-ils prévus? Oui.


    Guide de la SDNB pour aider à déterminer les vraies situations urgentes durant la pandémie COVID-19

    Des soins peuvent être prodigués selon les pratiques courantes et les précautions relatives aux contacts et aux gouttelettes (c’est-à-dire un masque opératoire ou chirurgical, des gants et du matériel de protection des yeux).

    L’énoncé de la SDNB est obsolète, donc il est conseillé de suivre les normes actuelles du RCDSO, qui n’ont pas encore été officiellement adoptées.


    Le patient a-t-il obtenu un résultat positif au dépistage de la COVID-19?


    Guide de la SDNB pour aider à déterminer les vraies situations urgentes durant la pandémie COVID-19

    Si le patient obtient un résultat positif au dépistage de maladie respiratoire aiguë, y compris la COVID-19, les soins doivent être prodigués en employant des mesures de précaution renforcées (c’est-à-dire, un masque N95, des gants, du matériel de protection des yeux, un écran facial et une jaquette d’hôpital de protection).

    Afin de protéger les dentistes, les membres du personnel dentaire devraient conserver des fournitures d’EPI et les procédures susceptibles de générer des aérosols doivent être évitées dans la mesure du possible. Envisager plutôt le recours à la pharmacothérapie.

  • Québec

    (COVID-19) Urgence dentaire | Voir »

    En médecine dentaire, une urgence se définit comme une situation clinique qui requiert une prise en charge immédiate et qui ne peut être gérée par de la médication offerte en vente libre.

    Ainsi, selon votre jugement clinique, seront considérés comme une urgence :

    1. une infection importante;
    2. une douleur aiguë;
    3. un traumatisme nécessitant une prise en charge immédiate.
    4. Peuvent aussi être considérés comme une urgence, un saignement prolongé ainsi qu’un traitement dentaire préalable à une intervention chirurgicale qui doit être exécutée sans délai.


    PPE


    Des aérosols sont-ils prévus? Non.


    Arbre décisionnel de l’ODQ : mis à jour le 26 mars 2020

    Masque de procédure de niveau 3 (masque chirurgical) ou de niveau 2, à usage unique. Ces masques doivent être changés lorsqu’ils sont humides ou souillés; gants à usage unique, lunettes de protection


    Des aérosols sont-ils prévus? Oui.


    Arbre décisionnel de l’ODQ : mis à jour le 26 mars 2020

    Masque N95 avec l’ajustement approprié (fit test), gants à usage unique recouvrant les poignets, lunettes de protection, visière faciale, blouse chirurgicale jetable, bonnet et couvre-chaussure.


    Le patient a-t-il obtenu un résultat positif au dépistage de la COVID-19?


    Arbre décisionnel de l’ODQ : mis à jour le 26 mars 2020

    Diriger vers les cliniques dentaires désignées ou les centres hospitaliers.

nous joindre