Plein feu sur le centre de soutien: Michelle Pinto

Posted Jun 26th, 2020 in Actualités, pleins feux, centre de soutien, 2020

De chef pâtissière à directrice du service de la paie : comment un heureux hasard m’a fait changer de voie

une conversation avec Michelle Pinto, directrice du Service de la paie

Aujourd’hui, notre édition de “Le centre de soutien sous les feux de la rampe” est axée sur Michelle Pinto, directrice de la paie, qui nous parle de son alter ego chef pâtissière et de l’heureux hasard qui l’a guidée sur le chemin de la carrière enrichissante qu’elle a aujourd’hui.

Parlez-moi de votre parcours. Depuis combien de temps travaillez-vous chez dentalcorp et que faisiez-vous avant de vous joindre à nous?

Je suis partie du Pakistan pour m’installer au Canada il y a 19 ans. Avant dentalcorp, je travaillais pour Citco, une compagnie de services financiers internationale administrant des fonds spéculatifs. Je gérais le département de la paie et des avantages et j’y ai travaillé pendant une décennie avant d’être employée par dentalcorp. Le mois prochain, je fêterai ma troisième année au sein de la compagnie.

Avez-vous toujours voulu travailler dans le domaine de la paie? À quel métier aspiriez-vous durant votre enfance?

Petite, j’avais un vif intérêt pour la cuisine; je voulais donc devenir chef pâtissière. Comme vous pouvez l’imaginer, les occasions me permettant de poursuivre cette passion se sont faites rares. Je n’ai tout de même pas abandonné entièrement mon amour de la pâtisserie. Aujourd’hui, je continue de cultiver cet intérêt en cuisinant des gâteries pour ma famille et mes amis dans mes temps libres.

Je me suis retrouvée dans le domaine de la paie par hasard! J’étais inscrite à une agence d’emploi temporaire à l’époque. L’agence m’a confié un mandat qui avait le potentiel de devenir un emploi à temps plein, ce qui semblait génial. Mais les prérequis pour l’emploi temporaire étaient... disons « curieux » – l’employeur cherchait une personne pouvant utiliser une calculatrice. Je me suis dit : « C’est tout?! Je peux utiliser une calculatrice! » J’ai accepté l’emploi temporaire qui était dans le département de la paie... et je n’ai pas regardé en arrière depuis. C’est comme si ma carrière m’avait trouvée.

L’idée que votre carrière vous aurait trouvée est très intéressante. Qu’est-ce qui vous passionne dans votre travail? Y a-t-il un aspect en particulier que vous trouvez plus gratifiant?

J’aime les défis que le service de la paie a à offrir. Il s’agit d’un domaine si complexe; il faut jongler avec les différentes lois et règles de conformité selon la province. En fait, ça peut être un véritable casse-tête, mais j’aime bien travailler à assembler tous ses morceaux. 

Je trouve que prendre le temps de former une personne en milieu de travail est très gratifiant. Dans l’un de mes précédents emplois, une employée temporaire est venue faire du remplacement. J’ai remarqué qu’elle avait beaucoup de potentiel et je lui ai demandé si elle voudrait travailler dans le service de la paie. Au départ, elle m’a dit qu’elle était une artiste et qu’elle voulait poursuivre une carrière dans son domaine. Pour faire court, elle s’est retrouvée à travailler avec moi, apprenant tout ce qu’elle pouvait sur la paie. Aujourd’hui, je suis fière de dire qu’elle occupe un poste de gestionnaire de paie.

Pouvez-vous me parler brièvement de votre rôle au sein de votre équipe? Comment se déroule une journée de travail type?

Mon objectif en tant que directrice de la paie est de fournir un service d’excellence à nos cliniques. Je suis responsable d’optimiser les opérations de paie afin que la paie sur une base bimensuelle soit complétée en temps opportun et avec précision. Je m’occupe des audits internes et externes de la paie et je produis les documents annuels des impôts, soit le T4, le T4A et le T2200. Tout cela est rendu possible grâce à mon équipe sensationnelle et travaillante.

En vérité, il n’y a pas de journée type. Je m’attends toujours à l’inattendu et je suis rarement déçue. Heureusement que j’aime les défis!

Racontez-moi quelque chose de drôle qui vous est arrivé.

Lors de ma première visite au parc Canada’s Wonderland, j’étais ravie de faire un tour de montagnes russes pour la première fois. Par contre, la file d’attente était si longue que j’ai décidé de faire le manège du bateau se balançant. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, mais me balancer si haut dans les airs m’a tellement fait peur qu’il ne me restait du courage que pour le manège des tasses de thé. Peut-être qu’un jour je trouverai le courage d’essayer le Ghoster Coaster.

Parlez-moi d’une expérience que vous avez vécue et qui vous a vraiment marquée.

Comme beaucoup d’autres personnes, ne pas avoir la liberté de faire ce que je veux durant la Covid-19 a vraiment eu un impact sur moi. La situation m’a fait réaliser que je tenais pour acquises les choses simples de la vie, comme prendre le train pour aller au travail, acheter un café Starbucks ou faire des courses au centre commercial. Cependant, la chose qui me manque le plus est sans aucun doute de manger au restaurant.

Dites-moi quelque chose sur vous que vos collègues ne devineraient jamais?

Mes collègues ne devineraient jamais que jusqu’à il y a six ans, je ne savais pas nager!  C’est si important de savoir nager. J’ai toujours voulu l’apprendre, mais la peur d’immerger ma tête dans l’eau et l’idée d’être incapable de respirer m’empêchaient de le faire. Finalement, il y a environ six ans, je me suis inscrite pour des leçons avec la Ville de Toronto et j’ai appris à nager! Maintenant, j’aime tellement cette activité que j’ai joint le Club des maîtres-nageurs du centre sportif Pan Am de Toronto.

Quelles sont vos aspirations sur les plans personnel et professionnel? Avez-vous un plan quinquennal?

Je pense que j’ai accompli un grand nombre des objectifs fondamentaux que je m’étais fixés. Maintenant, mon plan est de participer à la gestion du changement et de contribuer à la croissance rapide de dentalcorp en augmentant l’efficacité et en mettant en œuvre des traitements de paie efficaces et sans accroc.  

Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux membres de l’équipe du centre de soutien de dentalcorp?

Faire partie du centre de soutien signifie que vous avez une plateforme vous permettant d’apprendre et de gagner de l’expérience précieuse en un court laps de temps. Saisissez les occasions lorsqu’elles se présentent à vous, faites de votre mieux et votre travail acharné sera récompensé. 

Back to Top