Plein feu sur le centre de soutien: Elaine Powell

Posted Oct 31st, 2019 in Actualités

Qui a dit que les trajets pour se rendre au travail devaient être monotones?

Une conversation avec Elaine Powell, vérificatrice de conformité chez dentalcorp

 

J’ai passé 30 minutes fort enrichissantes avec Elaine Powell, qui m’a raconté des histoires incroyables et instructives sur sa carrière en tant que professionnelle dentaire. Elle m’a entre autres parlé d’un moyen de transport inusité qu’elle a eu l’occasion d’employer pour se rendre au travail – le traîneau à chiens!


Parlez-nous de votre parcours. Depuis combien de temps travaillez-vous chez dentalcorp et que faisiez-vous avant de vous joindre à nous?

Je travaille chez dentalcorp depuis 2 ans et j’ai plus de 40 ans d’expérience en dentisterie. Avant d’intégrer dentalcorp, j’étais thérapeute dentaire.

Je ne connais pas cette profession. Dites-moi, en quoi consiste le métier de thérapeute dentaire?

Les thérapeutes dentaires sont formés pour effectuer des restaurations et des extractions dentaires, et peuvent être employés par les gouvernements fédéral ou provinciaux pour fournir des services de soins buccodentaires dans les collectivités rurales et éloignées.

Où votre travail vous a-t-il mené?

J’ai travaillé dans plusieurs collectivités des Premières Nations du nord du Canada, fournissant des soins buccodentaires aux résidents, tant les enfants que les adultes. Ces communautés sont extrêmement isolées. La communauté la plus éloignée où j’ai travaillé a été Gjoa Haven, située dans le passage du Nord-Ouest, mais il y en a eu également d’autres comme Gods Lake Narrows, au Manitoba.

Vous devez avoir des histoires intéressantes à raconter!

En effet! Les moyens de se rendre au travail pourraient à eux seuls constituer toute une histoire. Au cours de ma carrière, j’ai utilisé divers moyens de transport pour me rendre au travail, mais ceux du nord du Canada étaient vraiment incomparables. Je suis allée au travail en motoneige, en hydravion, en hélicoptère et en traîneau à chiens – mon préféré. L’une des premières choses que j’ai dû faire en travaillant dans ces régions a été de me procurer une combinaison de motoneige qui convenait à des températures atteignant les -59 °C.

Comment en êtes-vous venue à vous rendre dans ces endroits éloignés?

Originaire d’Écosse, j’ai vécu et travaillé à Londres, en Angleterre, dès l’âge de 14 ans. J’ai toujours voulu aider les gens dans le besoin. Mon véritable souhait était d’aller en Afrique, mais j’ai fini par aboutir au Canada en 1974. À l’époque, le virus Ebola représentait un risque énorme en Afrique, d’autant plus que les gants et les masques n’étaient même pas utilisés en santé buccodentaire dans cette partie du monde. J’ai donc plutôt choisi de travailler avec les collectivités des Premières Nations. Même en étant au Canada, j’ai fait des constats presque aussi choquants que ce que l’on peut observer en Afrique. En effet, 95 % des enfants de moins de 5 ans nécessitaient l’extraction de toutes leurs dents, et ces enfants devaient vivre avec les désagréments de leur piètre santé buccodentaire, soit les abcès et la douleur extrême.

Pouvez-vous nous parler brièvement de votre rôle au sein de l’équipe de conformité? Comment se déroule votre journée de travail?

Mon rôle de vérificatrice de clinique m’oblige à beaucoup voyager pour rencontrer les gestionnaires de clinique et leur équipe. Je les aide dans toutes les questions ayant trait à la conformité. En résumé, mon rôle consiste à m’assurer que tous les patients bénéficient d’une expérience de soins buccodentaires sûre et efficace, et que tous les membres de l’équipe travaillent dans un milieu sécuritaire et positif.[JC1] 

Dites-moi quelque chose sur vous que vos collègues ne devineraient jamais?

Voyons voir. J’ai participé à 7 marathons. J’ai dansé sur scène en Écosse et j’ai reçu le prix britannique pour la danse à claquettes. J’ai participé à la production d’un film intitulé Orca the Killer Whale où j’ai travaillé au service de montage avec John Bloom, qui a remporté un Oscar pour le film Gandhi. J’ai également un autre lien avec le cinéma et la télévision, car je possède un taureau qui est apparu dans Game of Thrones. J’ai navigué de Vancouver à Tahiti dans un sloop de 42 pieds (un voilier). J’ai aussi escaladé le Mont Rainer et le Mont St Helens.

Quelles sont vos aspirations sur le plan personnel et professionnel? Avez-vous un plan quinquennal?

J’adore mon emploi ici. J’aime le fait que les membres du personnel viennent d’horizons différents et ont des expériences diverses et intéressantes; autant de différences et pourtant tout le monde est si respectueux. Quant à mon plan quinquennal, il est étroitement lié à ma définition du succès. Mon travail chez dentalcorp est le meilleur et le plus satisfaisant que j’ai jamais eu. Je n’ai jamais eu une mauvaise [JC2] journée ici. Par conséquent, je veux continuer y à travailler le plus longtemps possible. Le succès selon moi consiste à trouver un travail que vous aimez et qui vous apporte une satisfaction personnelle. En d’autres termes, il s’agit de trouver du succès dans les activités quotidiennes. Dans le cadre de mon travail, je propose de nouvelles initiatives, j’apprends constamment de mes collègues et j’apporte mon expertise pour véritablement faire une différence. Je pense que chez dentalcorp, les possibilités sont illimitées.

Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux membres de l’équipe du centre de soutien de dentalcorp?

Je leur dirais de consulter le site Web de la communauté, de saluer tous les collègues qu’ils croisent, de se présenter à eux, de leur parler de leur travail. Aussi, je leur dirais de proposer leur aide dans l’accomplissement de leur tâche et de participer à des évènements sociaux au lieu de se limiter à leur propre groupe. En suivant ces conseils, les nouveaux membres réussiront à s’intégrer au sein de dentalcorp et à constituer un important maillon de cette chaîne pour former un tout solide.

Send to EN


« retour à la page des actualités


Back to Top